L’héritage de Lerner

Par Stéphanie Poirier

Lors d’un cours d’économie industrielle, notre professeur nous a expliqué l’indice de Lerner et nous a dit : « Je ne sais pas trop c’est qui, cet économiste, mais je sais que cet indice est très important en économie industrielle ». C’est à ce moment que j’ai réalisé qu’en effet, nous voyions tellements de théories différentes portant souvent le nom d’économistes dont nous n’avions aucune idée de l’identité. Bien sûr, nos cours d’histoire de la pensée économique nous enseignent les figures de proue de l’évolution de l’économie, mais il y en a tellement plus à apprendre! Dans cette série d’articles, je tenterai donc de vous faire découvrir ces économistes qui sont méconnus ou qui ont vécu dans l’ombre malgré leur brillante carrière.

Le premier économiste que je vous présente est celui que j’ai cité plus tôt : Abba Ptachya Lerner. Né en Russie en 1903, il devient rapidement un homme d’affaires et c’est étonnamment la Grande Dépression qui a été l’élément déclencheur de sa carrière d’économiste. En effet, après avoir fait faillite, il s’est inscrit à un cours d’économie à la London School of Economics pour comprendre son échec. Épaulé par le professeur Lionel Robbins, qui a immédiatement constaté son talent au travers de ses travaux, Lerner évolue avec des collègues d’envergure tels que Victor Edelberg, J. R. Hicks et Nicholas Kaldo.

Il publie son premier papier The Diagrammatical Representation of Cost Conditions in International Trade en 1932, qui obtient un franc succès malgré le fait que Lerner n’ait accumulé que deux ans d’études.  L’année suivante, il se joint à Paul Sweezy, Walter Rudlin et Harold Barger pour fonder la revue Review of economic studies, aussi connue sous le nom de RESTUD. Pour Lerner, ce journal allait créer une nouvelle tribune à des textes riches en informations, mais plus courts et sans excès de verbiage. Cet économiste croise beaucoup de gens sur son chemin, mais a tendance à repousser l’amitié de ses pairs à cause de sa façon de ne faire confiance qu’à ses opinions. En réalité, les gens le trouvent plutôt insensible et froid dans ses relations interpersonnelles.

Tout au long de sa carrière, il enseigne dans de nombreuses universités américaines mais reste rarement longtemps dans chacune d’entre elles; il n’a donc jamais la chance de développer ses idées avec des étudiants de doctorat ou d’obtenir un poste de recherche important dans une institution. Par conséquent, ses contributions touchent à plusieurs champs économiques puisqu’il ne développe jamais de spécialité. Ses écrits abordent notamment la balance commerciale optimale, le degré de pouvoir de monopole, les conséquences de l’inflation inattendue et l’élasticité de la demande et de substitution. D’ailleurs, ses papiers sont tellement remplis d’informations que les lecteurs ont de la difficulté à saisir l’essentiel des idées de Lerner. De plus, ses arguments n’ont pas le côté mathématique, très en vogue à l’époque, qui attirent l’oeil des grands économistes.

Une grande qualité de Lerner était qu’il avait des idéologies bien développées et une grande confiance en la justesse de sa logique, même si celle-ci l’amenait hors des sentiers battus. Il se rendait fréquemment dans des endroits où les autres économistes n’osaient pas aller étant donné la situation politique du moment. Il croyait fermement en certains fondements du socialisme tels que la démocratie, la liberté individuelle, le plein emploi ainsi que l’allocation optimale des ressources. Il a par ailleurs longtemps regretté de ne pas avoir publié un livre sur son opinion économique de la Deuxième guerre mondiale. Effectivement, il était persuadé que destituer les généraux Eisenhower et McArthur feraient en sorte que les efforts de guerre soient contrôlées par la mise aux enchère des ressources et que celles-ci soient distribuées de manière Pareto optimale. Il voulait aussi proposer de menacer de bombarder les nations totalitaires si elles ne permettaient pas une liberté de parole, de pensée et de presse.

Un autre fait marquant de la vie de Lerner est sa brillante interprétation de la théorie keynésienne. L’économiste et politicien russe Wladimir S.Woytinsky, dans un de ses articles, expliquait qu’il considérait Lerner comme un prophète de John Maynard Keynes en raison de la manière avec laquelle il reprenait ses idées dans The economics of unemployment. En effet, Lerner avait une facilité à vulgariser des concepts qui pouvaient sembler difficiles à comprendre et à mettre en pratique. De plus, Keynes n’appliquait sa théorie qu’aux problèmes actuels de la société tandis que Lerner osait aller plus loin dans sa réflexion et dans ses applications. L’économiste américain David Colander ne tarissait pas d’éloges envers Lerner, qu’il disait posséder un talent unique et que nous lui devions une grande partie de la compréhension des éléments logiques de la théorie keynésienne. Même que Keynes lui-même a admis l’importance du travail de son « prophète » en lui adressant une lettre pour le féliciter de son article The economy of control.

Finalement, plusieurs des contributions d’Abba Lerner au monde de l’économie sont si fondamentales que les économistes d’aujourd’hui les utilisent sans savoir qui les a instaurées. Ses différents traits de personnalité ont malheureusement contribué à faire de lui un homme peu connu, l’ont mené à rester à l’écart des autres durant la majorité de sa carrière. Malgré cela, plusieurs économistes contemporains affirment que Lerner aurait assurément mérité un prix Nobel.

Références:

The Concise Encyclopedia of Economics, Abba Ptachya Lerner, http://www.econlib.org/library/Enc/bios/Lerner.html

Paul A. Samuelson, Lerner at Sixty, The Review of Economic Studies.

The Review of Economic Studies, History, http://www.restud.com/history/

Tibor Scitovsky, Lerner’s Contribution to Economics, Journal of Economic Literature.

David Colander, Was keynes a Keynesian or a Lernerian?, Journal of Economic Literature.

W. S. Woytinsky, Lerner’s Economics of Employment : A Review, ILR Review.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s